Bienvenue

Fondée vers 1635, Bouillante tire son nom des émanations “bouillantes” et jaillissantes des profondeurs terrestres qui témoignent du volcanisme hydrothermal et géothermique de la région.

Elle est bordée par la mer des Caraïbes dans une zone réputée pour la beauté de ses fonds marins, l’étendue de ses plages et la splendeur de ses anses.

La commune bénéficie d’une renommée mondiale grâce aux îlets Pigeons : c’est ici que le commandant Cousteau a filmé une partie de son chef-d’œuvre Le monde du silence. Entre mer et montagne, la Commune offre un cadre idéal pour explorer les merveilles naturelles de la Basse-Terre comme le Parc National de Guadeloupe dont la forêt tropicale et le massif montagneux abritent une biodiversité unique. Vous aurez la chance d’y apercevoir des frégates, pélicans bruns ou encore des oiseaux mouches.

Bouillante bénéficie d’un temps chaud et ensoleillé une grande partie de l’année. La température de l’air est comprise entre 25 et 32 degrés, celle de l’eau de la mer des Caraïbes atteint 29 degrés.

Vous serez attirés par Bouillante, station nautique, pour son calme, son microclimat, ses belles plages (Malendure, Anse à Sable et Petite-Anse et de nombreuses criques sauvages) et les nombreuses activités nautiques, de loisirs qui vous seront offertes : bouée tractée, kayak de mer, jet ski, plaisance, bateau à fond de verre et plongée dans la réserve Cousteau, randonnée aquatique, canyoning, randonnée sur le littoral et à l’intérieur des terres, protection et sensibilisation des cétacés et tortues marines.

Bouillante est également connue, dans la Caraïbe et de par le monde, en raison de son usine géothermique, la seule de ce genre en Europe et dans la Caraïbe. Aujourd’hui, tous les espoirs se fondent sur cette énergie pour assurer l’autonomie énergétique de la Guadeloupe.

Bouillante, ville rurale, ce sont enfin des traditions au nombre desquelles figurent la gastronomie et l’accueil qui satisfont, dans tous les cas, ses visiteurs.

Je vous souhaite un bon séjour parmi nous !

Le Maire, Thierry Abelli